Le choix du baudrier est primordial lorsque que l’on pratique l’escalade. C’est un des éléments les plus importants pour assurer votre sécurité et vous maintenir en vie en cas de chute.
Pourquoi n’est-il pas le plus important ? Et bien rappelez vous qu’il y a bien des années, les grimpeurs n’avaient pas encore de harnais, un simple noeud avec la corde et ils étaient “assurés”.

Il existe de nombreux types de harnais en fonction du type d’escalade que vous souhaitez réaliser. Avant de détailler les différents types de baudriers, voici les différentes composantes d’un baudrier. Il est important de bien comprendre le nom et l’utilité de chaque élément de son harnais (notamment pour les débutants).

Les différentes parties d’un baudrier

Ceinture

C’est la partie supérieure du baudrier. Lorsque vous enfilez un baudrier pour la première fois assurez-vous que la ceinture soit bien au-dessus de vos hanches. Une bonne ceinture alliera confort et légèreté.

Boucles de réglage

Des boucles de réglage sont en général visibles un peu partout sur votre baudrier. On peut en trouver une ou deux au niveau de la ceinture. Dans certains cas, vous en aurez aussi au niveau de chaque cuissarde. Avant de partir grimper, assurez-vous que chaque boucle est bien serrée à son maximum et vous maintient en place.

Point d’attache

Les baudriers d’escalade ont toujours deux points d’attache entre la ceinture et les cuissardes. Ces points d’attaches sont reliés par le pontet. Attention les points d’attache ne doivent pas être utilisés pour assurer un grimpeur ni descendre en rappel. Placer un mousqueton sur ces deux points risque de les endommager et de lâcher, utilisez le pontet!

Pontet

C’est la partie la plus résistante de votre harnais. En tant qu’assureur, c’est à cette partie que vous devez attacher votre mousqueton et votre système d’assurage. Le pontet étant une des partie les plus importantes – sa résistance est testée par les fabricants.

Cuissardes

Avec la ceinture, les cuissardes vous maintiennent en place. Elles sont rembourrées à l’arrière pour un plus grand confort. Certaines cuissardes seront réglables (ce qui permet une ouverture plus large pour y passer les jambes avec plusieurs couches), ajustables (une ouverture de quelques centimètres seulement) et non-ajustables (l’élasticité de la sangle permet aux jambes de se glisser sans problème).

Porte-matériel

En fonction de votre baudrier, vous aurez plusieurs porte-matériel. Ils vous permettent d’accrocher de nombreuses dégaines. Il existe aussi des ceintures adaptées où vous pouvez accrocher plus de matériel.

Les types de baudriers

Il existe différents types de baudriers. Chacun aura des caractéristiques plus ou moins différentes en fonction de son utilité (confort, résistance et poids).

Escalade en salle

Les baudriers pour salle d’escalade ont en général : – une ou deux boucles de réglage au niveau de la ceinture pour pouvoir les retirer rapidement ; – pas de boucle de serrage au niveau des cuisses et un pontet souvent plus fin ce qui permet notamment de gagner en poids ; – deux porte-matériel, car la hauteur des voies en salle est souvent bien inférieure qu’en haute voie.

Escalade traditionnelle

Présence de boucles de serrage au niveau des cuisses et parfois même la possibilité d’étendre la longueur des cuissardes. Un nombre de porte-matériel plus important pour pouvoir emporter plus de dégaine. Et finalement un rembourrage plus important au niveau des cuissardes et de la ceinture (pour un assurer un confort optimal des lombaires).

Cascade de glace

En règle générale, on retrouve les mêmes caractéristiques qu’un baudrier d’escalade traditionnelle, la seule différence étant les matériaux qui sont plus résistants aux intempéries. Les cuissardes et la ceinture sont également plus larges à cause du nombre de couches que le grimpeur devra porter.

 

On trouvera également des baudriers spécialisés pour la spéléologie, le canyoning ou l’escalade en grande voie.

Comment enfiler et essayer un baudrier

Avant d’essayer un baudrier, il est important de bien l’enfiler, d’autant plus que s’il est mal enfilé votre sécurité sera à risque lorsque vous grimpez.

  1. Desserrez toutes les boucles de serrages
  2. Enfilez dans le harnais en premier les jambes. Assurez-vous que les cuissardes ne sont pas croisées, que la ceinture n’est pas torsadée et enfin que le pontet n’est pas entortillé
  3. Placez la ceinture au dessus de vos hanches et serrez-la bien (l’espace entre votre baudrier et votre taille ne doit pas excéder un doigt) – cela vous évitera de glisser dans votre harnais en cas de chute
  4. Ajustez la largeur de vos cuissardes si votre baudrier le permet puis serrer les boucles de serrage
  5. Pour un confort maximal, remontez les cuissardes au plus proche de l’aine et serrer au maximum

Votre baudrier est alors bien enfilé. Assurez-vous qu’aucune partie ne soit tortillée. Demandez à une personne de tirer sur le pontet pour vérifier que tout votre corps est bien pris en charge.

Vous pouvez alors tester votre baudrier. Lorsque vous êtes suspendus, vous devriez pouvoir être en position assise sans que votre corps ne travaille. Dans le cas contraire, il faudra alors ajuster la longueur des cuissardes.
Si la ceinture vous compresse trop, desserrez-la légèrement, de même pour les cuissardes.
Le confort du harnais dépend de chacun, mais il est important de choisir le bon pour un maximum de confort et de sécurité lorsque vous grimpez.

En espérant que ce guide pour choisir son baudrier d’escalade pourra vous aider lors de votre prochain achat. N’hésitez pas à partager vos astuces lorsque vous cherchez ou essayez un nouveau modèle.

Photo Liam Londsdale